Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Rencontre avec Alice Zeniter : juste avant l’oubli…

CC BY-SA 4.0 File:AliceZeniterManosque.jpg Création : 31 juillet 2015

CC BY-SA 4.0 File:AliceZeniterManosque.jpg Création : 31 juillet 2015

Brocarder le monde des érudits pédants et autres intellects fats dans un roman noir mâtiné de sentiments ?

C’est possible ! Alice Zeniter livre un ouvrage au regard acéré sur les grosses têtes qui s’écoutent penser… au point d’en oublier la vie réelle.

Rencontre avec cette normalienne sans chichis, auteur d’un premier roman publié à 16 ans, dramaturge, enseignante…


Alice Zeniter, c’est quoi le topo de votre roman ?

AZ : c’est un triangle amoureux entre Emilie, une jeune thésarde, Franck son fiancé infirmier et un certain Galwin Donnel, auteur défunt, passé maître du polar de son vivant. Les circonstances de sa mort sont obscures, il s’est probablement jeté des hauts des falaises de l’île de Mirhalay, là où Emilie organise un colloque sur l’œuvre du défunt auteur…

Franck décide de suivre Emilie sur l’île, dans l’espoir de lui faire partager son souhait de construire pour de bon une grande histoire avec cette fiancée lettrée. Mais c’est sans compter sur la passion dévorante qui anime Emilie et les participants au colloque pour la personne controversée de Galwin Donnel… un brillant auteur mais un homme épouvantable et détestable.

Franck se retrouve esseulé au milieu des têtes pensantes trop accaparées par le souvenir et le décorticage de l’œuvre de leur maître. Il se lie avec Jock le gardien imbibé d’alcool de cette satanée île qui a tout du piège pour les rares personnes qui s’y risquent…

Outre le mystère nimbant Galwin Donnel, c’est la destruction du couple Emilie-Franck qui se distille au fil des pages, sur fond de conversations sans fin ni fond des érudits réunis et totalement absorbés par les tourments psychologiques de leur cher auteur.


Finalement, Franck se révèle un personnage sensible et attachant et le personnage central du roman ?

AZ : Oui, Franck est le personnage central du livre, celui dont le lecteur suit l’évolution au fur et à mesure qu’il se révèle personnellement et que son histoire amoureuse se détruit.

On sent qu’il déteste son prénom, est-ce que vous attachez une importance particulière au prénom et à sa signification ?

AZ : Oui et non. En tant que romancière, je dirai que oui, le prénom est important. Dans « la vraie vie », je ne le pense pas, je ne suis pas attachée à une symbolique, une signification que pourrait véhiculer un prénom.

Franck apparait comme un être très angoissé…

AZ : En effet, dès qu’il ne se sent plus utile, il est pris par une forte angoisse. Ce n’est pas pour rien qu’il est infirmier-urgentiste, métier des plus essentiels, ce qui calme son anxiété. Sur l’île, sa présence n’a très vite plus aucun sens et aucune utilité et cela le mène à se lier avec le gardien de l’île, un pur alcoolique misanthrope.

Emilie est en quête de reconnaissance ?

AZ : oui, c’est aussi ce qui la pousse à quitter l’enseignement, à se lancer dans une thèse et à organiser ce colloque. Elle cherche à tout prix la reconnaissance de ses pairs, à s’insérer dans leur sérail…

Cela entre en contradiction avec les aspirations de Franck qui désire s’engager dans une vie de couple et familiale avec sa fiancée, loin de velléités intellectuelles creuses.

Un fossé se creuse petit à petit puis sépare irrémédiablement le couple. Ils évoluent chacun de leur côté mais en totale divergence.

Et plus la situation dégénère, plus l’auteur mort prend une place importante.

C’est un livre d’illusion sur l’autre…


Le lecteur se surprend à croire en la réalité de l’existence de Galwin Donnel en tant qu’écrivain. Pourtant, c’est un personnage totalement fictif. Comment avez-vous procédé pour donner cette impression et lui donner littéralement corps ?

AZ : J’ai créé tout ce qui a trait avec Galwin Donnel qui est un auteur purement fictif, je vous rassure.

Je me suis beaucoup documentée sur la manière d’écrire d’auteurs réels, leurs trucs d’écriture, leur manière de réunir de la documentation, leur façon et rituels pour se mettre au travail…

J’ai bâti l'œuvre et la biographie de l’auteur de polar, en imitant le ton de coupures de journaux, de critiques et même d'articles que l’on pourrait trouver sur wikipédia.

Un jeu d’imitation…


Laissez-vous tenter par le roman d’Alice Zeniter et par le subtil mélange des genres qui le compose. Il mêle avec brio le pastiche, le polar, le roman amoureux et pointe avec une finesse facétieuse et plaisante les travers des intellectuels et autres érudits.

Et à n’en pas douter, vous vous surprendrez vous aussi à croire en l’existence de Galwin Donnel…

Juste avant l’Oubli d’Alice Zeniter. Flammarion, 2015.

Merci à la Médiathèque Georges-Wolinski de Noisy le Grand pour avoir organisé cette rencontre avec l’auteur.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article