Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Compte à Rebours (14ème Partie)

L'Agent Gonnet progressait avec agilité et assurance dans la gaine de l'ascenseur.  Dans quelques instants, elle atteindrait le fond de la cabine et aurait ainsi tout loisir d'observer le mécanisme de l'explosif et d'en tirer les premières conclusions qui aideraient les démineurs à choisir la meilleure procédure.

C'est tout naturellement qu'elle avait décidé de repartir dans cette froide et inconfortable gaine, désireuse de mener cette mission jusqu'à son terme, elle qui avait déjà largement concouru à cerner le problème.

Bien qu'agissant toujours avec le plus de professionnalisme et de sang-froid possible, elle appréhendait la découverte qu'elle allait faire, sentant que cette fois, la partie qui se jouait s'annonçait des plus serrée. Habituellement, elle ne pensait jamais au danger, refusant de gaspiller la moindre énergie qui ne serait plus mobilisable dans sa tâche minutieuse.

Il était déjà plus de 21 heures, ils avaient perdu beaucoup de temps à cause du terrain particulièrement difficile d'accès et elle ne savait que trop bien que la moindre seconde pouvait faire toute la différence.

Son talkie walkie grésilla et une voix masculine lui demanda de préciser sa position et ce qu'elle voyait.

Elle reconnut le Lieutenant Plissier qui devait probablement se morfondre devant la lenteur des événements mais elle n'était malheureusement pas en mesure d'avancer plus vite. Les parois de la gaine ne présentaient que peu de stabilité et les barreaux métalliques de l'échelle de service étaient extrêmement glissants. Malgré le dispositif d'accroche qui lui garantissait une relative sécurité, la seule pensée de déraper dans le puit sombre qui s'achevait 20 étages plus bas la glaçait. Elle serait bien sûr retenue dans sa chute mais se retrouver suspendue dans le vide après avoir probablement rebondie sur la paroi n'était pas une perspective des plus réjouissantes.

Enfin, elle atteignît la plaque métallique sombre du fond de la cabine qui obstruait une grande partie de la conduite. L'ascenseur présentait une flagrante position anormale. Il était légèrement penché si bien que la paroi comprenant les portes étaient totalement inaccessible, obstruée par la déclivité de l'appareil.

Seules émergeaient de la cage d'acier les fils sortant du fameux boîtier de piégeage des portes.  Intriguée, l'Agent Gonnet suivit du faisceau de sa lampe torche les deux fils qui couraient parallèlement sur la surface et qui rejoignaient une première masse compacte de matière reliée à quatre masses semblable mais de taille inférieure, fixées  solidement aux quatre coins de la cabine.

 

« - Lieutenant, je l'ai en visuel ! s'écria-t-elle

- Quoi ? Qu'est ce que vous voyez à la fin ?

- J'ai le dispositif devant moi enfin... les dispositifs...

- Nom de Dieu, c'est quoi ce bordel ? Qu'est ce que ça signifie ?

- Lieutenant, j'ai une masse reliée à quatre autres. La première est de grande taille, elle contient une grosse proportion d'explosifs à première vue... je dirais que c'est du semtex ou bien du C-4...

- De grâce, qu'est ce que c'est que ces trucs ?

- Un explosif de type plastique si vous préférez. Les plastiques sont des mélanges de produits explosifs et d'un liant qui donnent une pâte malléable qui ressemble en tout point à de la pâte à modeler ou du mastic, d'où leur nom. Les plastiques ont été mis au point à partir des années 20 et se sont largement répandus depuis.

Vous savez, il n'existe pas loin de 30 sortes d'explosifs de type plastique confectionnés à travers le monde. Les appellations sont assez diverses. Faciles à utiliser et à transporter, ils sont surtout utilisés pour la démolition de bâtiments, le déminage et on les retrouve même comme base de certaines roquettes ou missiles.

Ce sont vraiment les explosifs privilégiés lors des attentats car ils sont très stables. C'est très rare quand ils explosent accidentellement, ils sont extrêmement malléables, les rayons X  et les détecteurs chimiques ont du mal à les repérer...et ils peuvent en particulier découper facilement les structures métalliques. C'est une des raisons pour laquelle ils sont très appréciés par les militaires, les services spéciaux et aussi les terroristes! Les plus connus sont le C4 et le semtex. Le premier est un plastique militaire américain, il est composé d'hexogène, un autre explosif très puissant, et d'un liant. Visuellement, il ressemble à de la pâte d'amande et il est généralement blanc. Il existe aussi du C1, du C2  et du C3. Ils vont plutôt de la couleur jaune à la couleur marron.

Quant au semtex, il était fabriqué à l'origine en Tchécoslovaquie. Il est composé de pentrite, d'hexogène, de caoutchouc et d'huile de paraffine. Sa couleur est orange clair, il présente une odeur rappelant la gomme

-  De vraies saloperies quoi...

- Je vous l'accorde, répondit l'Agent Gonnet dans un demi-sourire. Rajoutez à cela qu'il suffit d'une petite quantité pour faire de gros dégâts et que les plastiques sont très élastiques et adhésifs... bref, on en fait ce qu'on en veut au point qu'on peut diriger la force explosive...

- Bon... vous avez encore des joyeusetés à m'annoncer, Agent Gonnet ?

- Pour la théorie, je vais en rester là, et je ne souhaite pas vraiment aborder la pratique pour le moment ! Je vais pousser mon observation des masses...

 

La jeune femme dirigea sa lampe torche vers les 5 masses distinctes, jaugeant à vue d'œil le poids de chacune et cherchant à comprendre comment elles étaient reliées entre elles et à quelle mécanique elles répondaient. Au fur et à mesure qu'elle analysait ce qu'elle apercevait et que ses hypothèses se confirmaient, elle sentait une sueur froide se cristalliser sur l'épiderme de son front.

Ce qui se tenait devant elle était inimaginable, ce n'était rien d'autre que la promesse d'un apocalypse de feu et de destruction.

Elle aspira une large goulée d'air pour trouver le courage de parler à son interlocuteur.

 

« - Lieutenant... j'estime la charge totale à 50 kg de plastique et c'est... c'est un explosif à mécanique détonante...

-   Ce qui signifie ?

- Que causée par une réaction chimique, l'explosion serait susceptible de créer une onde de choc dévastatrice. L'effet de brisance qui en découlerait pourrait parvenir à casser les surfaces comme le béton et tous les blindages possibles. Pensez que la vitesse de détonation du plastique le plus puissant est de 8 621m/s ! En ce qui concerne le semtex et le C4, la puissance est environ de 30% supérieur a celle de la T.N.T.

- Concrètement, quel impact sur la Tour ?

- Etant donné la position centrale de cette gaine, la quantité de charge explosive ... je dirai...impact maximal... la Tour ne résisterait pas à moins d'un miracle. »

 

L'Agent Gonnet pouvait entendre la respiration saccadée du Lieutenant filtrée au travers de son talkie walkie.

Il déglutit avec difficulté avant de prendre la parole.

 

« - On a bien besoin de ça, un miracle...et le dispositif de déclenchement ? Que pouvez-vous m'en dire ?

- C'est ... assez basique, presque trop simple... il s'agit d'un système à retardement de type mécanique, les 5 masses comportent un dispositif semblable et indépendant...

- Oh, vous voulez parler d'une minuterie et d'un mouvement d'horloge, c'est ça ?

- Oui, Lieutenant, tout à fait ! Je ne savais pas que vous vous y connaissiez ?

- On voit de tout dans mon service, vous n'imaginez pas ... et... pour la neutralisation ?

- Je dirai que c'est possible assez rapidement, nous avons une grande habitude de ce type de dispositif. Bien sûr, cela va être ardu de travailler sur un plan horizontal, au-dessus du vide mais on va y arriver...

- Bien, je vous laisse procéder mais tenez moi au courant...

- Oui Lieutenant, vous pouvez compter sur moi. »

 

« Presque trop simple »... la phrase de l'Agent Gonnet résonna sinistrement dans l'esprit de Plissier ...« Presque trop simple »...



A SUIVRE ...

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article