Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Compte à Rebours (15ème Partie)

« Et si Microsoft fabriquait des ascenseurs ?
L'ascenseur vous demanderait "Etes vous sûr ?" quand vous appuyez sur le bouton de l'étage désiré.
Les ascenseurs seraient livrés avec un logiciel "Building Explorer", permettant de se rendre à n'importe quel étage de l'immeuble, à condition d'être très patient.

En cas de problème, on verrait apparaître des messages du type :
- Accès à l'étage impossible. L'étage doit être encombré ou l'ouverture de la porte n'est pas fiable. Réessayez plus tard.
- L'étage que vous avez demandé n'existe plus. Vérifiez que le bouton que vous avez pressé correspond à un étage.
- Veuillez attendre la fin des opérations de l'ascenseur avant de quitter la cabine.
Les ascenseurs Microsoft seraient bien sûr livrés d'abord en version bêta, les utilisateurs étant chargés de noter les anomalies et de les faire connaître à Microsoft... Une fois décoincés.
De temps en temps, il se produirait une "erreur de protection générale" ayant pour effet de faire s'écrouler l'immeuble.
On pourrait demander un "aperçu de l'étage" pour être sûr que celui-ci correspond à ce que l'on veut rechercher.
En cas de panne, vous auriez accès à la hot-line de Microsoft de 8 h à 20 h, sauf le dimanche :
- Bonjour, bienvenue chez Microsoft. Je suis votre responsable du service après-vente. Que puis-je faire pour vous ?
- Bonjour, je suis coincé dans l'ascenseur.
- Etes vous sûr que vous êtes coincé ? L'ascenseur n'est-il pas en train de travailler ?
- Comment le saurais-je ?
- Y a-t-il une lumière orange qui clignote sur le panneau de commande ?
- Non, je ne vois rien.
- Vous rappelez-vous tout ce que vous avez fait avant d'être coincé ?
- Eh bien j'ai appuyé sur le bouton du 4ème étage, l'ascenseur a démarré puis s'est arrêté.
- Etes vous seul ou plusieurs dans l'ascenseur ?
- Je suis seul.
- Pesez-vous plus ou moins de 630 kg ?
- Euh... moins, je crois.
- Pouvez-vous sortir de l'ascenseur ?
- Non, les portes sont fermées.
- Avez vous sauvegardé l'étage auquel vous désirez vous rendre ? Sinon il faudra appuyer encore sur le bouton quand l'ascenseur fonctionnera à nouveau.
- Non, mais ça va, je m'en souviens.
- Très bien. Quelle est la version de votre ascenseur ?
- ???. Euh... il a été construit au début de l'année.
- Je vois. Il y avait un bug dans cette version. Sortez de l'ascenseur et ouvrez les portes de l'extérieur, ainsi vous serez décoincé. Ensuite demandez à votre revendeur Microsoft la dernière version d'ascenseur, plus complète et permettant d'atteindre le quatrième étage. Merci d'avoir fait appel au service après-vente de Microsoft. »

 

Les rires fusaient des gorges des passagers de la cabine à l'écoute de la plaisanterie de Paul, l'effet comique renforcé par les intonations et les rictus qu'il composait.

Même l'homme à l'attaché-case partit d'un rire chevrotant qui renforça l'hilarité de ses compagnons.

Plaisanter au sujet de leur situation aidait à relativiser fort bien les choses et concourait à faire s'écouler le temps agréablement.

 

Soudain, le rire de Cécile mourut dans sa gorge tandis qu'elle s'écriait bientôt :

« - Eh ! Vous entendez ? Il y a du bruit par ici ! »

 

Tous se figèrent, les corps tendus à l'extrême dans la direction qu'indiquait Cécile. A n'en pas douter, un son ténu provenait du plancher de la cabine mais il ne pouvait y avoir aucun doute, ce bruit était bien réel. Une vague de chaleur gagna leurs cœurs, on venait à leur secours, leurs sauveurs étaient tout près, déjà à pied d'œuvre.

Entendre ce son les reliait au monde extérieur, leur faisait miroiter la liberté bientôt retrouvée et la fin de leur stupide enfermement.

Après une courte concertation, ils prirent la décision de manifester leur présence en interpellant leur invisible secouriste, espérant recevoir un signe même léger qui prouverait qu'ils n'étaient pas oubliés.

Cécile se mit à quatre pattes, frappant le plancher du plat de la main et criant sa présence.

Puis, tous firent silence, en attente d'une réponse.

Dépités, ils ne purent que constater que celle-ci ne venait pas.

 

« - Ils ne m'ont pas entendue... le plancher est peut-être trop épais ? »

Cécile fixait le sol, navrée.

Dans un même élan, Paul et Mathilde la rejoignirent dans ses efforts pour établir une communication et le plancher résonnait et vibrait  sous leurs coups redoublés.

Josselin, Brian et l'homme à l'attaché-case observaient leurs compagnons qui s'échinaient à taper rageusement de leurs poings fermés.

Ils cessèrent leur vacarme pour écouter le silence qui leur répondit cruellement. C'était à n'y rien comprendre, il était indubitable que la personne à l'extérieur les entendait mais alors pourquoi ne répondait-elle pas ? N'avait-elle pas un peu de compassion devant leur effort désespéré pour rentrer en contact avec elle ?

De rage, Paul se remit à frapper de toutes ses forces, insultant par la même de vive voix,  l'invisible présence.

 

 

 A SUIVRE ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article