Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Compte à Rebours (18ème Partie)

Les passagers respectèrent tacitement le mutisme gêné de Cécile, renonçant à l'entendre dévoiler son existence qu'ils ne pouvaient qu'imaginer effacée, reléguée à une place inférieure derrière le couple légitime de Paul.

Mathilde se sentit curieusement bien plus proche de la jeune femme qu'elle ne l'aurait crue de prime abord. Leurs deux histoires personnelles se rejoignaient à ceci près qu'elles se retrouvaient chacune dans une situation antagoniste, Cécile dans le rôle de la maîtresse et Mathilde dans le rôle de l'ex-femme trompée.


Malgré tout, elle concevait un sentiment mêlé de compréhension et de compassion. Finalement, Paul, son ex-mari et par extension tous les hommes de leur acabit n'étaient-ils pas les plus blâmables dans ce type d'affaire ?

 

A mille lieues de ces considérations triviales, Josselin était littéralement abattu, encore sous le choc de la révélation du Lieutenant, et son cœur se serrait à l'écoute de ses bribes de vies dans lesquelles il pénétrait, en voyeur involontaire.

Il ne cessait de songer aux 50 kg de plastique qui patientaient, attendant leur heure de triomphe tel un fauve tapi guettant sa proie inconsciente du danger. Il tentait d'imaginer l'équipe de démineurs qui, à quelques centimètres plus bas, luttaient contre le temps et l'adversité pour sauver leurs six vies.


Six vies prêtes à être pulvérisées instantanément, éradiquées du monde des vivants... pour qui ? ... pour quoi ?


Lucie... son visage lui vint à l'esprit et il sentit ses yeux s'emplir de larmes.


Peut-être ne la reverrait-il jamais ?

Peut-être n'aurait-il jamais l'occasion de lui parler, de lui expliquer ses désirs, de toucher ses cheveux, d'embrasser ses lèvres, de la serrer contre lui, de lui faire l'enfant qu'elle espérait...


Combien d'autres vies se retrouveraient irrémédiablement brisée en cas de malheur ?

Chacun comptait dans son existence un conjoint, des enfants, des amis, de la famille ou encore des  connaissances plus ou moins proches qui attendraient en vain le retour de l'être manquant, attendraient et attendraient encore avant d'apprendre la funeste nouvelle relayée et amplifiée par les médias.

Il ne voulait pas que la Tour Empereur soit son tombeau, pas comme ça, pas si vite, pas maintenant !

Il sentait l'angoisse le reprendre et une énorme boule de panique enfler dans sa gorge.

Je ne dois pas craquer, je dois tenir le coup pour moi et pour les autres...Mon Dieu, que c'est difficile... Josselin était nerveusement à bout, submergé par les émotions qu'il tentait encore de refouler loin de lui.

 

Le salut providentiel provint d'une façon tout à fait incongrue de l'homme à l'attaché-case que Paul prit un malin plaisir à interpeller.

 

«  - Et vous ? vous faites quoi dans la vie ? »

 

L'homme à l'attaché-case, le regard perdu dans le néant, sembla soudainement reprendre pied avec la réalité, surpris qu'on s'adresse à lui. Il se racla la gorge et chuchota d'une petite voix :

- Oh rien, je ne suis rien en particulier...

- Allons donc, nous sommes tous quelqu'un, nous faisons tous quelque chose... même vous mon vieux, ce n'est pas possible sinon... vous avez bien un nom, un âge, un métier?»


A SUIVRE ...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article