Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Là où j'habite...

Si tu viens me voir, saches déjà que ma ville est une contradiction permanente qui suinte de chacune de ses pierres.

 

Boissy Saint Léger, ma ville depuis cinq années,  abrite 15 000 âmes, à l'ombre tentaculaire de Paris qui se situe à moins de 20  kilomètres.

 



Le haut de la ville s'étend sur un coteau à 90 mètres d'altitude et domine la ville basse construite sur une plaine du plateau briard.

 

En haut, tu déambules dans le Boissy charmant (son nom vient du latin buxus qui signifie buis), avec ses petites maisons encadrées par des parcs boisés et par la forêt de Notre-Dame.

 



Au loin, le château de Grosbois fait l'orgueil de la ville et accueille un centre international d'entraînement des chevaux de course ce qui fait dire que Boissy est la capitale mondiale du trot.

 

Hormis les chevaux, la ville haute abrite également, depuis 1886, un établissement de renom dans la culture de l'orchidée : les Ets. Vacherot et Lecouffle, temple de la fleur qui rend fou ses adeptes.

 

 

En bas de la ville se situe le quartier de la Haie Griselle, bordé par la nationale 19, son flux incessant de véhicules et survolé par les avions qui rejoignent l'aéroport d'Orly.

 

Bâtit de 1973 à 1984, ce quartier est une vrai cours des miracles.


Malgré les étangs, les lacs et la verdure omniprésente, difficile de faire l'impasse sur le foyer Sonacotra et le Centre Commercial lépreux d'où les commerçants désertent les uns après les autres.


Certains recoins mal famés présentent même tous les stigmates de cette banlieue caricaturale qui fait les choux gras des médias en mal de scoop : drogue, tags, dégâts, bagarre, misère, illettrisme...


Toutes les écoles de la zone sont classées en ZEP.


Naître et vivre ici constituent déjà une tare pour la vie.


« Haie Griselle » est tatoué sur ton front, tes documents officiels, ton carnet scolaire...

Pour toi, pas de cursus d'études longues : CAP, BEP, Bac Pro à la rigueur... ne rêves pas... la fac n'est pas pour toi, les Grandes Ecoles, n'en parlons pas !

Et sur ton CV, c’est carrément rédhibitoire !

 

 

 

Séparant la partie haute et de la partie basse, la ligne du RER A, fameux train de banlieue, charrie quotidiennement son lot de travailleurs fatigués qui rejoint sa ville dortoir ou son travail.

 

La ligne de RER A, c'est notre Ligne Maginot séparant 2 mondes qui se détestent sans se connaître, frontière entre le Boissy fréquentable et la Zone qu'on préfère ignorer et ne jamais regarder en face.

 

D'ailleurs, notre station de RER n'est-elle pas le terminus de la ligne, desservi une fois sur deux ? A croire que personne ne veut plus venir ici...

 

Viens et oses entrer dans ce coupe-gorge, oses cheminer dans les petites allées de la voie piétonne vers la place des platanes.

 





Avant, tu as pu remarquer les étangs où s'ébattent nos palmipèdes.

Je t'en prie, fermes les yeux devant les caddies abandonnés, jetés dans les pièces d'eau.

 

Regardes plutôt les enfants qui jouent au ballon, cette somptueuse femme qui passe, altière dans son boubou ou ce grand-père asiatique à la démarche encore alerte qui part pour sa promenade quotidienne dans le quartier.

Ça parle de la Méditerranée, de l'Afrique dans les conversations et parfois, ça évoque des pays bien plus lointains...

 

 

Tiens, tu es arrivé chez moi, pénètres dans le hall, gravis les 4 étages et sonne à ma porte.

 

N'ais pas peur de franchir le seuil, regarde, tu es accueilli par 2 chiennes plus très jeunes mais bonne pâte et  2 enfants  facétieux qui vont finir par te grimper sur les genoux.

 

Tu veux boire un café avec nous ?

 

ça sent bon le gâteau qui cuit dans le four ou le pain fait-maison qui refroidit dans la cuisine. C'est avec plaisir que je te convie à la dégustation.

 

Le chat tente de te grimper sur les épaules.




Il est impressionnant, c'est un Maine Coon, la race la  plus grande qui existe mais il n'est pas méchant pour un sou.

 

Laisses-toi aller à caresser ses longs poils et à plonger tes doigts dans sa toison.

 

N'oublies pas de dispenser des caresses aux chiennes qui se sont lovées contre tes jambes.

 

Si tu le désires, je t'entraine dans mon antre, ma bibliothèque chérie ou reposent mes ouvrages qui tapissent les murs de la pièce.

 

Je n'ose plus les compter, quand on aime, on ne compte pas, n'est ce pas...


 

Si ça te tente, tu restes dîner.

 

On boira une Bénédictine en digestif tout en discutant dans mon bureau, le chat endormi sur tes genoux.

 

Je te parlerai de cette ville que je connais depuis peu mais qui recèle des trésors d'humanité et de lutte : artistes du cru, associations, solidarité, la vie plus que tout, plus forte toujours...

 

Je te parlerai de tout ce que je chérie, mes passions, mes envies, la vie...

 

Parles-moi d'où tu viens, de ce que tu aimes, dis-moi tout, je t'écoute mais gardes encore un peu de mystère... j'aimerai te revoir ici où là-bas, chez toi...

 

A bientôt, tu sais où me trouver !


 

 

Cet article est né suite à une proposition de Thierry Benquey, une petite visite sur son blog :

link

Visitez aussi le pays de PAT, Saint Pé de Bigorre :

http://www.patdebigorre.org/article-15678986-6.html#anchorComment

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article

lubesac 11/02/2009 22:08

Lectrice de Thierry Becquey je savais qu'en venant ici je n'allais pas être déçue.
Le tableau est sympathique et l'accueil chaleureux. Tu as le don de mettre de la beauté partout.Il doit faire bon chez toi à caresser ce gros minou et les chiens...
Je te dois au moins une bise pour ce bel accueil
Lucette

Sandy 11/02/2009 22:44


Bonsoir, merci pour ce gentil commentaire.
Il faut venir sans hésiter, il y a de la place pour tout le monde!
A bientôt!


Patrick 09/01/2009 11:33

Bonjour Sandy et belle idée initiée par Thierry que de nous découvrir par les lieux où nous vivons. Car ils nous façonnent et font partie de nous...
j'ai lu avec grand plaisir et une belle curiosité ce beau texte que tu as écris. La contradiction que tu évoques est le leitmotiv de "là où j'habite". Les qualités humaines que j'ai deviné chez toi grâce à tes textes se confirment ici : partage, générosité et un sens de l'accueil rare. On ressent ton enthousiasme pour cette ville que tu nous invites à découvrir au delà des clichés faciles et dangereux. Et tu es une guide formidable !
J'avais écrit un texte, il y a un petit moment, sur mon village natal : st pé de bigorre dans les hautes-pyrénées. J'y ai vécu une vingtaine d'années et y reviens dès que je le peux : ma famille y habite toujours (je n'habite qu'à cent kilomètres alors ce n'est pas bien compliqué. C'est mon village à moi !
Je te mets le lien pour lire l'article si tu le souhaites :
http://www.patdebigorre.org/article-15678986.html
a très bientôt !
PAT

Sandy458 09/01/2009 13:48


Bonjour,
Merci pour ton commentaire et pour m'avoir fait découvrir le blog de Thierry que j'apprécie beaucoup!
Oui, j'aime bien cette ville malgré ses contradictions et sa fracture sociale criante. J'y ai élu domicile depuis 5 ans et c'est chez moi, maintenant.
Merci pour le lien vers ton article, je pars dcouvrir Saint Pé de Bigorre!
Bonne journée!


Thierry Benquey 08/01/2009 23:34

Bonsoir Sandy, juste avant d'éteindre la machine, je regarde mon courrier, ton com et ton article. Ben tu vois moi qui croyais ne jamais avoir eu une raison pour mettre les pieds à Boissy et bien si j'en ai l'occasion, je le ferais. C'est un bel article merci. Thierry

Sandy458 09/01/2009 09:36


Bonjour,
Merci pour ton commentaire, j'ai trouvé cette idée très sympa : raconter son univers, ce qu'on voit tous les jours autour de soi.
C'est moins buccolique que chez toi mais bon... il faut de tout!
Bonne journée!