Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

L'Oeil (1ère partie)

L'œil

2009

 


 



Tous droits réservés

 

 

 

 

 

 

...quatre murs totalement lisses et un sol qui l'est tout autant...

 

 

Je le sais, j'ai inspecté ces surfaces maintes et maintes fois ...centimètre après centimètre...

 

Mes doigts ont déjà exploré tous les recoins, à la recherche d'une aspérité que je pourrais palper sur ces surfaces infiniment plates ou d'une irrégularité dont je pourrais m'enivrer pour briser la monotonie de cette claustration incompréhensible.

 

Je ne peux pas plus compter sur une distraction visuelle ou auditive pour occuper mon esprit : ici, ne règnent que les ténèbres et le silence.

 

Même mes souvenirs sont anesthésiés, je ne parviens plus à me rappeler comment je suis arrivée ici ni depuis combien de temps dure cet emprisonnement.

 

Le lent écoulement des minutes vidées de tout sens a eu raison de ma mémoire muée en statue de cendre. Le plus petit effleurement en provoque l'écroulement accompagné de la dispersion d'un voile de poussière suffocante qui obscurcit mes sensations et mes pensées.

 

Pour faire reculer le spectre de la folie, je guette les grattements annonciateurs de l'ouverture de la trappe dans le plafond.

 

Alors, un rai de lumière filtre timidement par l'entrebâillement avant que ne se déverse un flot tempétueux qui m'aveugle totalement.

 

Ma rétine, trop sevrée de vision et de clarté, s'affole en tentant de capter des images que mon cerveau a de plus en plus de mal à interpréter.

 

 

Sauf celle de l'œil.

 

...cet immense œil qui fouille l'obscurité de ma cellule et observe ma désolante condition de cloitrée vivante.

 

Cet œil impudique, qui cligne formidablement au-dessus de moi paré de ses cils immenses qui brassent l'air,  provoque une brise fraiche et fait frissonner ma peau nue.

 

Cette vision devrait me plonger dans la plus profonde des terreurs mais curieusement, je bénie ces rencontres avec mon geôlier et j'en viens même à éprouver de la gratitude pour lui.

 

Tant qu'il me contemple, c'est donc que j'existe, que je vis !

 

Si l'œil avait pour dessein que je périsse, ses incursions dans ma cellule ne s'accompagneraient pas de l'apparition d'une perche déposant des vivres à mon intention.

 

Même si cette nourriture est insipide, elle me permet de survivre, c'est peu et beaucoup à la fois.

 

****

 

 

Pendant des jours et des jours infinis, l'œil m'observe et me nourrit, j'en viens à me demander si je ne suis pas le jouet d'une expérimentation...

 

 

****

 

Un jour ou peut-être une nuit ou encore un matin - comment savoir ? - je ne sens plus aucune force dans mon corps.

La volonté m'a quittée, usée par l'ennui, diluée dans l'uniformité de ces minutes démesurées qui s'étirent en heures toutes aussi interminables.

 

Depuis que j'ai cessé de sonder les surfaces, je reste de plus en plus souvent recroquevillée sur moi-même, attendant une issue à ma condition, quelle qu'elle soit.

 

Mais vite, ce n'est plus tenable !

Vite, c'est tout ce que je demande !

 

L'œil semble inquiet, il vient m'épier de plus en plus souvent, sa pupille bien ronde me scrute intensément à la recherche de signes d'amélioration de mon état.

 

Il tente de me faire réagir en me frôlant doucement avec la perche nourricière. Cela n'a pour effet que de me forcer à me déplacer de quelques centimètres, au bout desquels je me roule de nouveau en boule, face contre le sol.

 

Je ne veux plus voir, je ne veux plus rien, je veux juste que tout cela prenne fin !

 

L'œil reste un long moment interdit, ses longs cils brassant lentement l'air.

 

Je crois qu'il a pitié.

 

La trappe se referme, le flot de lumière se réduit jusqu'à ne plus être qu'un mince trait puis il disparaît.

 

 

Je m'endors enfin, dans l'obscurité la plus totale.

Même les rêves ont désormais déserté mon sommeil.

Il n'y a plus qu'un abime insondable devant moi où je désire plus que tout qu'on me laisse disparaître.

 

 A SUIVRE...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article