Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Week-end du 7 au 8 mars 2009, rencontre avec "Monsieur" Sophie Germain

Ce week-end a été fort intéressant et instructif.

J'ai pu ajouter un chapitre à l'art d'être parent (ysilde) et aussi vérifier que je n'ai pas le don d'ubiquité...

En effet, une faille spatiotemporelle a été plus forte que moi !

Pour mémoire, on considère que le continuum spatiotemporel est constitué de 4 dimensions : 3 dimensions « espace » pour 1 seule dimension « temps ».

Ceci expliquant cela, je ne pouvais donc être dans deux espaces dans le même temps...  ce qui m'a fait manquer une manifestation du Printemps des Poètes à laquelle je tenais : une rencontre autour de lecture de textes poétiques avec  Robin Renucci... au profit d'une sortie enfantine prévue de longue date...

 

 

Parlons donc de Dimanche : représentation de « Monsieur... Sophie Germain ? Femme de Science ! ».

 

 

 

"Monsieur Sophie Germain, femme de science", sur une mise en scène de Norbert Aboudarham,
avec Christophe Pinon et Claire Vidoni.

 

 

J'ai assisté à cette pièce de théâtre dont le sujet principal est le personnage de  Sophie Germain mais aussi les mathématiques, la science et enfin l'histoire qui s'inscrit dans l'Histoire.



L'histoire : 
 

Sophie Germain travaille sans relâche, en autodidacte, sur des problèmes mathématiques et entretient une relation particulière avec la mémoire d'Archimède qu'elle vénère.

Alors que la révolution française gronde, elle demeure plongée dans les travaux mathématiques  des plus grands esprits scientifiques, bravant l'hostilité de sa famille qui voit d'un mauvais œil une jeune fille se passionner pour une matière étant l'apanage exclusif d'un monde masculin.

Grâce à un tourbillon spatiotemporel, un auteur bien de  notre époque échoue à ses côtés et devient le témoin de la ténacité de cette femme qui réussira l'impossible : se faire accepter dans un monde d'hommes qui la méprisent et la rejettent de prime abord.

 

 

Impressions :


En fin de représentation et après pas moins de quatre rappels pour saluer les 2 comédiens, l'auteur nous a gratifiés de quelques mots sur l'écriture de cette pièce de théâtre qui, de son aveu, a été enfanté dans la douleur. En effet, il existe très peu de ressources sur Sophie Germain et l'auteur ne parvenait pas à composer un texte satisfaisant sur le monde de la science et des mathématiques.

 

Mes impressions suite à cette représentation sont très positives.

C'est gai, humoristique, tragique, poétique, sainement déroutant parfois de par le mélange de magie, d'illusion, de littérature et de science utilisé.

 

Il y a peut-être quelques longueurs et des passages qui ont des allures de « redites » ou de « résumé des épisodes précédents » mais l'ensemble est excellent, prenant, propice à une réflexion sur nos préjugés et notre manque d'audace devant certaines circonstances.

Pour reprendre une phrase fétiche  de l'écrivain Bernard Werber : « Ils ne savaient pas que c'était impossible alors ils l'ont fait ».  
Sophie Germain savait que c'était impossible mais pourtant elle l'a fait!

 

 Pour l'anecdote, cette représentation de la pièce qui a fait salle comble s'est tenue le dimanche 8 mars, Journée des Femmes.

Cette pièce va être jouée dans plusieurs villes en région parisienne et en France, si elle vous intéresse, guettez les pages culturelles de vos revues habituelles ou consultez le site de l'auteur pour vous tenir informez (adresse ci-dessous).

 



Un mot sur l'auteur : Norbert Aboudarham

 

Tour à tour clown, physicien, cinéaste, réalisateur, animateur infatigable et captivant de cafés scientifiques auxquels j'assiste avec un grand plaisir, animateur scientifique au Palais de la Découverte ou dans les écoles, Norbert Aboudarham est un artiste polyvalent passionné et passionnant.

 

Tout au long de l'année 2009,  la ville de Boissy Saint Léger l'accueille « en résidence » pour soutenir sa démarche et accompagner ses projets.

 

 

Son site :

http://www.norbertlechat.com/



 

 

Un mot au sujet de Sophie Germain :

 

 

Auteur inconnu, Wikimedia Commons.
Cette image est dans le domaine public car son copyright a expiré.



Marie-Sophie Germain (1776-1831) se passionne pour les mathématiques dès l'âgede 13 ans, après avoir découvert la vie d'Archimède.

Autodidacte, elle acquiert seule la théorie des nombres et des calculs et étudie les travaux d'Euler et de Newton.

Cette passion singulière pour les mathématiques n'est pas sans alerter son père qui dans un premier temps tente de la dissuader de s'aventurer sur ces thèmes mais qui finit par lui donner tout son soutien.

Elle se procure les cours de l'Ecole polytechnique mais doit emprunter l'identité d'un étudiant. En effet, l'école et les cours sont réservés aux hommes. Sophie Germain devient alors Antoine Auguste Le Blanc.

Son identité sera découverte par Joseph-Louis Lagrange qui demandera à la rencontrer, impressionné par son brillant travail.

Sophie Germain reste également connue pour le théorème d'arithmétique qui porte son nom, pour sa correspondance  avec Carl Friedrich Gauss autour du théorème de Fermat ou encore pour ses travaux sur l'élasticité des corps.



La qualité de son travail et les nombreuses applications qui en découlent aujourd'hui suggère que cette scientifique a été mésestimée, sa qualité de femme ayant occultée ses compétences intellectuelles aux yeux de la communauté scientifique.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article

Virginie 12/03/2009 16:04

avec toi on apprend toujours plein de chosesdifficile effectivement d'être à 2 endroits à la foisbises

Sandy 12/03/2009 16:41


Cette pièce m'a donnée envie de connaître Sophie Germain, un personnage étonnant et méconnu.
Autant que j'en parle dans ce blog, ça peut interesser

L'ubiquité, c'est mon grand regret! Profiter de la vie 2 fois plus, ce serait génial. Mais bon, je profite déjà de ce que je vis dans un seul endroit, dans un seul temps,"ici et maintenant"...c'est
déjà pas si mal.