Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Les Impromptus Littéraires - Anniversaire

Je m'étais jurée "plus une seule ligne, plus jamais, plus une histoire, plus de e, de c, de r, de i et de t..., plus rien, plus jamais" ...et SoleildeBrousse m'a suggéré de jeter un oeil aux "Impromptus"... il faut dire que je regardais avec curiosité cette drôle de référence parfois présente au bas de ses histoires que j'apprécie énormément.

Veni, vidi et j'ai été vici le temps du thème de la semaine... narrez une histoire d'anniversaire en utilisant obligatoirement les mots suivants : "coccinelle, bougie, botte, tempête"...


Chez Soleil, c'est :
Pour les Impromptus, un petit tour : iCI


Pour mon pâté, c'est ci-dessous :

"Ils étaient tous là.

Ils avaient tous répondu à l'invitation lancée par les proches du vieil homme qui trônait au milieu de l'assemblée, assis bien doit dans son lourd fauteuil en bois sculpté.


Les invités s'étreignaient les uns les autres sous son regard bienveillant.


Ce n'était que franches accolades, embrassades sucrées, petits mots délicieux, joies des retrouvailles, cris d'allégresse.


« Comment vas-tu ?

-          Et toi ? ça fait une éternité qu'on ne s'est vu !

-          Bien, tu sais ce que c'est, le travail me prend beaucoup de temps.

-          Il est toujours en forme malgré son âge, tu ne trouves pas ?

-          Oui, il devient de plus en plus respectable avec sa longue barbe blanche, un vrai archétype pour les patriarches des familles.

-          Et tu as vu comme il reste droit, fier et imposant ?

-          C'est incroyable après tout ce temps écoulé et tout ce qu'il a réalisé... »


Le vénérable héros de la journée écoutait les conversations d'une oreille distraite, secrètement heureux de contempler toute sa famille réunie autour de lui.


Il se retrouvait avec joie dans les boucles blondes qui flottaient au vent, dans les belles lèvres pulpeuses qui s'ouvraient sur des rangées de dents d'une blancheur immaculée, dans les joues rebondies des chérubins rieurs et facétieux.


La chaire de sa chaire, le sang de son sang.

Il ne pouvait pas les renier, ils étaient tous à son image.


Et l'autre, là, il était venu lui-aussi... celui qui avait été mis au ban de la famille excédée par ses frasques et par l'opprobre publique qu'il avait suscité...

Il déambulait fier comme un paon, camouflant ses pieds déformés par une tare congénitale dans de très voyantes bottes cavalières  en cuir rouge.


Il allait d'invité en invité, butinant du bout de ses lèvres gourmandes sur la peau d'un cou tendre, semant ses baisers sulfureux, délivrant ses œillades langoureuses à hommes et femmes, ses mains chaudes et moites promptes à se saisir des chaires dodues...


Le patriarche avait délibérément choisi de convier toute la famille, les brebis galeuses comme les agneaux de Dieu.

Avec toute sa sagesse, il avait pensé qu'il fallait s'offrir une chance de cohabiter quelques instants dans une paix diplomatique même si elle ne serait qu'éphémère.


De toute façon, il n'appartenait pas aux autres de remettre en cause ses choix, quels qu'ils fussent, il régnait sur tous et s'accordait la prérogative absolue d'agir comme bon lui semblait...



Le gâteau d'anniversaire avait été confectionné avec maestria par ce bon Pierre, une féérie crémeuse et suave dont chaque bouchée promettait de fondre sur les papilles après les avoir ensorcelées.

Le vieil homme se passait la langue sur les lèvres, goûtant à l'avance de ce délice défendu, péché mortel de gourmandise qu'il faudrait confesser.


Les innombrables bougies n'étaient pas encore toutes allumées mais elles étaient déjà fichées dans la crème, attendant la petite flamme qui allait leur donner vie et accompagner d'ombres dansantes les arômes de vanille et de fleur d'oranger.


Dès que le patriarche les aurait soufflées, les plus jeunes devaient procéder à un lâcher de plumes blanches qui tourbillonneraient au gré du souffle s'élevant des poitrines des invités sous une tempête de « viva », en hommage au vieil homme.



« Nom de D... » tonna-t-il intérieurement en avisant le vilain petit canard de la famille essuyant ses bottes écarlates sur la nappe du banquet, avant que son attention ne soit captée par un léger chatouillis sur sa peau.


Une coccinelle se promenait sur sa belle main ridée par les siècles.


« Tiens, une bête à moi ! » se dit-il, charmé par le plaisant présage de chance et de félicité que le petit insecte sympathiquement ponctué symbolisait.




Après tout, ce n'était pas tous les jours que l'on fêtait l'anniversaire de Dieu..."












Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article

Virginie 28/03/2009 21:11

que c'est bon de te relire à nouveaubisous

Sandy 30/03/2009 10:10


merci pour ce petit mot,  tout simplement!


Seconde Chance 27/03/2009 16:26

effectivement c'est un événement assez rare....j'espère qu'il a reçu plein de cadeau !!! bisous

Sandy 27/03/2009 20:10


tiens... tu "yoyotes"???


Seconde Chance 27/03/2009 16:26

effectivement c'est un événement assez rare....j'espère qu'il a reçu plein de cadeau !!! bisous

Sandy 27/03/2009 20:01


Tiens, je me demande ce qu'on pourrait offrir au créateur de toute chose... un livre du type "La Création pour les Nuls"? "Réussir votre entreprise en 10 leçons"? "Tout ce qu'il ne faut pas faire
pour se planter"?

bises
Sandy


seveuhreen 26/03/2009 22:29

Ahhhhhhhh !!!!!Que je suis contente de te retrouver !!!!!! Bizzz bizzz ma belle sandy !!!!!!

Sandy 27/03/2009 19:59


Coucou Sév'!
ça ne va peut-être pas être très actif dans le coin mais bon...

bises!!!
Sandy


Thierry Benquey 26/03/2009 17:05

hehehequi a bu boira. (jusqu'à la lie ou jusqu'halali)Je t'embrasse.Un poteps une horrible pub cetelem empeche de lire une partie du texte. Remarque pour moi c'est pas dramatique je l'ai déjà lu

Sandy 26/03/2009 18:52


Rires, "demain, j'arrête! Bon, allez, un petit dernier et demain, juré, j'arrête..."!

Pour la pub, j'ai l'impression que ça dépend de l'annonceur pourtant je suis dans le design le plus "confortable" :-(
Je vais dégager ce pavé ailleurs, ça sera encore plus simple... cetelem en plus, pffffffff!!!

Je t'embrasse également!
Sandy


Plume Dame 26/03/2009 17:01

Bien contente de te lire à nouveau et quelle lecture !!!!

Sandy 26/03/2009 18:43


Merci!
Contente de t'avoir lu là-bas aussi ;-)
Franchement, j'ai adoré découvrir tous ces textes, autant de visions différentes à partir d'un simple thème c'est trés stimulant!!!