Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Les impromptus littéraires proposent un incipit...

Les impromptus littéraires exigent que le texte de cette semaine commence  par un extrait d'une oeuvre de Virginie Lou : "Il s'est dépêché de disparaître avant que l'erreur ait un visage."

Je vous propose de partir sur les traces d'une erreur de 1986 dont le visage nous hantera longtemps...
 


*************

(26 avril 1986.
1h03.)

 Il s'est dépêché de disparaître avant que l'erreur ait un visage, celui d'un homme dépassé par l'horreur.

 

Pourtant, à 1h03, il aurait encore pu donner l'ordre de tout stopper et rien ne serait jamais arrivé.

 

Mais à 1h07, il était déjà trop tard et les événements ont commencé à s'accélérer et à échapper à tout contrôle humain.

 

20 minutes plus tard, il a hurlé un ordre d'arrêt d'urgence mais après une projection méphitique de 1 200 tonnes de béton, un cœur coupé en deux par le choc cataclysmique de la fission entre les forces nucléaires et les capacités humaines, un incendie dantesque s'est déclaré.

 

En apothéose, une lumière bleutée émanant d'un gouffre plongeant dans les profondeurs de l'enfer a salué l'avènement de la mort silencieuse qui allait insidieusement s'infiltrer dans les chairs, se nicher au cœur des cellules et pervertir jusqu'au plus infime grain de sable.

La lueur azuréenne s'est répercutée sur les parois défoncées du béton déchiqueté, offrant aux yeux effarés, morts dans l'instant, une dernière vision de beauté mortifère et de splendeur abyssale.

 

Alors, il s'est dépêché de disparaître avant que l'erreur ait un visage.

 

Il s'est dépêché de disparaitre avant que l'erreur fatale causée par une trop grande confiance dans les possibilités d'un système à bout de souffle devienne son erreur exclusive et arbore son visage.

 

Il s'est porté volontaire pour la première mission d'extinction de la gueule béante de Lucifer.


Il a pris part au ballet des hélicoptères survolant le repaire du Prince du Feu Destructeur, il est devenu un de ces anges dérisoires projetant des tonnes de matériaux destinés à contenter le trop grand appétit du Dévoreur au Cœur Fissuré.


Puis, il s'est dépêché de disparaître avant que l'horreur ait un visage : son visage de travailleur de la mort et le visage des habitants de la région de Tchernobyl.

 


 Tous semblables dans la mort des irradiés.


 (Pour aller plus loin : témoignages.)

 





Source IAEA, wikimedia commons, domaine public

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article

Pat 10/06/2009 16:21

texte poignant et plein d'émotion sur cette horreur délibérément tue et meurtrière. Mais, nous sommes idiots : les alpes ont arrêté le nuage radioactif ! non ?

Sandy 11/06/2009 19:31


je me suis demandée comment un homme pouvait avoir vécu cet événement qui nous a été présenté avec tant de désinvolture et de mensonge...
On a une sacrée chance dans ce pays : des frontières anti-nuage radiocatif, c'est top!!!


Virginie 04/06/2009 14:40

je n'ai pas toujours le temps, ou je ne prends pas le temps, de lire tous les jours, grâce à toi c'est chose faite....hihihibises 

Sandy 04/06/2009 19:25


MDR, je vais lancer un quotidien de lecture!!!


Thierry+Benquey 03/06/2009 17:23

Bonjour Sandy, un peu short à mon gout mais le vocabulaire utilisé n'est pas pour me déplaire.AmitiéThierry

Sandy 04/06/2009 08:49


Bonjour,

Bon, la prochaine fois, je la ferai bermuda... rires!!
Il y aurait des tartines à écrire là-dessus mais pas envie, pas le courage, pas...

amitiés
Sandy