Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

"Abattez..." de retour au bercail!

Abattez les grands arbres … de  retour au bercail ! Oui, oui, c'est bientôt vrai!

 

Le 12 juin 2013, le texte regagnera ses pénates et sera de nouveau disponible en intégralité !

 

Finie l’aventure de l’édition, retour à la maison.

 

Le contrat  d’édition prend fin pour différentes raisons dont personnelles.

 

Notamment, je souhaitais retrouver la propriété de mon texte même s’il demeure au catalogue des Editions Le Solitaire pour le moment. C’est la loi et je ne peux m’y opposer.

 

Il n’y a rien à en dire, rien à en retirer, cela restera une anecdote dans ce blog,  un essai vers un monde que je ne sentais pas  et qui n’est  définitivement pas le mien.

 

Quant au texte, il n’aura jamais trouvé son public dans le monde réel alors qu’il l’avait trouvé dans le virtuel...

 

D’une façon plus général, les textes que je serai amenée à éventuellement écrire ne seront plus destinés qu’à la stricte lecture sur ce blog, pas de concours, pas d’hypothétique édition.

 

Ainsi, ce blog retournera à son essence première : partager un peu de tout avec ceux qui voudront prêter leur attention.

 

N’est pas écrivain qui veut et surtout pas qui ne veut pas.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article

Alain 12/12/2012 14:37


Bonjour Sandrine


J’ai été surpris en lisant cet article. Tout écrivain ne désire-t-il pas être lu ?


Cela a donné un sujet de réflexion à mes neurones de bon matin : Doit-on, lorsque l’on pense, souvent avec naïveté, que ses
écrits mériteraient un meilleur sort, rechercher un éditeur acceptant notre prose, qui évidemment est la meilleure…


J’ai eu moi-même la tentation, comme pour la nouvelle du concours « Quatre Lignes », de proposer certains de mes nombreux
récits se rapportant à l’art qui auraient pu être regroupés sous forme de recueil. Est-ce utile ?


Finalement ne peut-on pas communiquer, partager autrement, sans passer par la filière classique – qui flatte notre ego – et qui, de
nos jours, est réservée à une petite élite à succès littéraire, ou journalistique à courte portée.


A l’époque du tout numérique, je pense effectivement que le monde d’internet et de la bogosphère – même si ce monde est encore mal
encadré – est celui où l’on peut s’exprimer, s’auto publier à sa guise et partager. Tous ces gens qui visitent mon blog, ne laissent aucune trace de leur passage, mais je sais que je leur ai
apporté quelque chose. C’est mon plaisir…


Alors, je pense que cette décision de retirer ses billes de l’édition, lorsqu’elle n’est pas satisfaisante, est sage.


Je pourrai donc l’an prochain finir de lire « Abattez les grands arbres ».


Amicalement

Sandrine Virbel 12/12/2012 15:27



Bonjour!


Merci pour ce commentaire, très intéressant!


Déjà pour avoir un réel désir d'édition, je pense qu'il faut se targuer d'être écrivain.


Lorsqu'on est éloigné de tout ce barnum et de cet état d'esprit, je pense qu'il ne sert à rien de tenter de s'y plier.


J'ai mal pris l'obligation de devoir ôter ce texte de mon blog, pour des raisons d'épiciers : la vente d'un exemplaire avec un contrat qui lie le tout. Cela a été un vrai cas de conscience
surtout avec un texte hommage, de mémoire.


Je suis peu-être idéaliste mais pour moi, un texte doit rester libre de toute entrave, libre de vivre sa vie, d'être lu ou non-lu et son auteur  d'en faire ce qu'il veut. Je ne produis
pas  une botte de poireaux si j'aligne des mots.


 


Ensuite, je le répéte, il y a des affinités avec les choses mais aussi avec les gens.


En clair, cette aventure ne me convient pas, trop éloignée de mon simple désir de proposer des mots, des phrases, des idées en direction de personnes simples amateurs ou désirant passer un bon
momment. Je ne suis pas écrivain et je ne souhaite pas le devenir. Je ne désire plus être éditée ce qui va me permettre de me conformer avec ce que je pense et ce que je crois.


 


Réduire cela a un paquet de feuilles avec un prix derrière ne fait pas partie de mes conceptions des choses. Pour l'aspect mercantile, j'ai mon métier. Là, je parle de loisir, de marotte, de
plaisir...


 


Il y a  donc une industrie même artisanale derrière tout cela que je rejette.


 


J'étais très bien auparavant, avec mon petit blog, mes petits textes, mes visiteurs avec qui j'échange ou non et c'est cela que je veux conserver. Une certaine proximité.


Simple état d'esprit... mais je respecte ceux qui vont me prendre pour une gourde ou une pauvre "tâche". Nous n'avons certainement pas les mêmes valeurs ni les mêmes attentes.


A bientôt donc pour la fin d'Abattez...


 


Bonne journée!


Sandrine