Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

"Abattez les grands arbres"... prend son indépendance!

  

 

 

Chère Marie-Espérance, la bien-nommée…

 

 

Lorsque j’ai décidé de relater les événements qui ont bouleversé ta vie  - fictive mais basée sur des faits et des témoignages réels – je ne savais pas dans quoi je m’embarquais.

 

Les quelques jours d’écriture passés en ta compagnie se sont vite mués en besoin quasi vital, viscéral de te laisser t’exprimer.

 

J’ai fais mienne ta douleur, mienne encore ta soif de vivre et de continuer ta route vaille que vaille…

 

Si bien, qu’au moment de clore cette nouvelle, j’ai eu la sensation de laisser une partie de moi dans nos lignes communes, dissimulée là-bas dans les collines verdoyantes du Rwanda.

 

Aujourd’hui, je m’apprête à te laisser prendre ton indépendance, non sans un petit serrement au cœur. Mais quoi de plus normal pour une petite fille qui avait 10 ans en 1994 ?

 

Nos mots, je les ai confiés aux bons soins d’un concours de nouvelles organisé par le blog de Patrick Fort « Lire, Ecrire, En Parler » et les Editions Le Solitaire.

 

Le résultat du concours permet aujourd’hui de te mettre un peu plus dans la lumière, cette lumière qui lutte sans cesse contre les ténèbres qui accablent les Hommes.

 

Non, Marie-Espérance, tu ne te dissous pas dans l’oubli.

 

Si tu vas t’effacer de mon petit blog perdu dans un océan virtuel c’est pour t’enraciner dans le monde réel. Ton histoire va être couchée sur le papier, éditée par les Editions Le Solitaire.

 

Et je t’assure que je ne t’oublierai jamais pas plus que je n’oublierai jamais :

 

« …papa.

Maman.

Paul et Eugénie. »

 

 

 

 

 

« Abattez les grands arbres », ISBN 9782916388977, disponible dès ce jour.

 

 


 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article

seb 11/05/2011 10:39



J'ai hâte aussi Sandy! ;)))))


 



Sandrine Virbel 11/05/2011 22:19



hi,hi,hi!!! :o)



Thierry Benquey 26/03/2011 09:26



Yes, un très beau texte qui va trouver une belle place sur des pages dans un livre. Une belle nouvelle couronnée par une bonne nouvelle.


Amitié


Thierry



Sandrine Virbel 27/03/2011 22:20



Merci Thierry!


ça va me faire tout drôle de feuilleter mes pages imprimées!


Je t'embrasse.



Patrick 21/03/2011 10:17



Chère Sandrine,


Encore toutes mes félicitations pour cette édition et ce premier prix amplement mérités !


J'aime comment tu évoques ta nouvelle, comment tu explqiues son écriture et ce sentiment étrange que l'on éprouve à vivre aux côés de personnages que l'on a inventés car on a l'impression qu'ils
sont vivants, qu'ils existent.


Et c'est là la magie de l'écriture. Et l'hommage que tu leur rends pour qu'"ils" ne sombrent pas dans l'oubli, cette mémoire qui doit toujours rester éveillée, grâce à l'édition, un
autre horizon se dessine. Tes mots vont prendre chair et papier et vont vivre une aventure extraordinaire. Tu verras, nous en reparlerons, de belles rencontes et de belles découvertes vont
naître. Le meilleur t'attend. Tu verras quand tu recevras le premier exemplaire....


A très bientôt et génial que nous soyons édités sous les mêmes couleurs !



Sandrine Virbel 21/03/2011 22:33



Bonsoir Patrick,


J'ai hâte de tenir le premier exemplaire entre mes mains, cela rendra les choses plus réelles.


Vois-tu, ce que j'aime dans l'écriture c'est le moment où elle te dépasse, où ton sujet prend les rènes et où tu deviens son porte-parole. Un étrange sentiment hors du temps qu'il est difficile
de laisser filer lorsque le mot "fin" arrive...


Hi,hi,hi, c'est vrai, je vais me retrouver à tes côtés!


Magie d'internet quand même : se rencontrer via blogs interposés et finir par se retrouver dans le monde réel, en édition, c'est amusant!


 


Je t'embrasse, à bientôt!