Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Fluctuat nec mergitur... suite...

 

 

Après mon article sur le retour à la case départ, voici quelques points de réflexion absolument incontournables pour ceux qui voud raient tenter de se transposer ailleurs.

 

Vous allez me dire « mais c’est ultrabasique !!! » oui, ça l’est mais on omet souvent de considérer la base… et sans base solide, la maison est bancale.

 

 

 

 

Ce que j’ai perdu en partant, les points négatifs :


 

Une évidence : 50% des emplois cadres sont en région parisienne, 15% en Rhone-Alpes.

En Auvergne, je suis tombée à 1%... mon CV et mon objectif professionnel ont failli provoquer un infarctus au conseiller Pole Emploi qui s’occupait de mon cas.

Etais-je prête à renoncer à un métier et à une carrière plutôt réussie jusqu’à présent ? NON !!!

 

 

Les opportunités de carrière s’avèrent donc plus restreintes et je m’en suis vite rendue compte. La seule solution : gagner une ville avec plus d’opportunités quitte à devenir une maman-TGV (semaine dans une ville, week-end à la maison). Difficile de prendre la décision de se couper de sa famille…

 

Mieux vaut avoir un réseau personnel et professionnel avant de partir dans sa nouvelle région. Ne pas avoir de travail ni d’attache dans une nouvelle ville vire vite au cauchemar le plus complet. Les journées sont terriblement longues passées seul. Et en cas d’incident (problèmes de santé récurrents pour notre part), on se retrouve coincé, sans aide possible, à déprimer devant sa télé (ok, je ne suis pas faite pour l’immobilité non-plus !!!).

 

La vie sociale est intense dans les grandes villes et les lieux culturels se trouvent à profusion. No comment d’une fan d’opéra et d’expositions.

 

Partir avec ses problèmes ne les effacera pas par magie. Ils vont s’incruster, enfler et prendre une dimension bien plus forte pour ne plus devenir que la seule chose qui compte.

 

Prendre conscience de ce qu’on va perdre avant de partir. Accepterez-vous de quitter job, famille, amis pour plus rien ? A bien prendre en compte car perdre le cœur de sa vie est très difficile à surmonter. A tempérer si vous avez un job qui vous attend sur place, des amis ou de la famille.

 

Pour les couples, il est préférable d’avoir un projet commun qui nécessite cette nouvelle vie. Et avoir une maison avec jardin et piscine n’est pas suffisant. Les difficultés d’une nouvelle vie ne se surmontent pas avec des projets matériels encore moins si les conjoints ne le partagent pas !

 

 

 

Ce que j’ai gagné en partant :


 

Les temps de trajet sont très longs sur la région parisienne. C’est un fait indéniable, hélas et le point le plus noir de la région !

 

Le pouvoir d’achat est  assez négatif sur Paris : logement, vie quotidienne, les comptes sont vite faits. On vit mieux avec moins en région.

 

La nature omniprésente, les chemins de rando à deux pas. Pour une amoureuse de la nature et de la marche comme moi, c’est un paradis d’être en région et d’autant plus de se situer aux portes du Parc des Volcans d’Auvergne. Mais toutes les régions sont propices à de belles découvertes en pleine nature… même la région parisienne !

 

 

 

Ce que j’ai gagné en revenant :


 

Plus de chance de retrouver un  poste conforme à mon objectif professionnel, retrouver la famille, les  amis, la vie sociale et culturelle que j’apprécie, c’est retrouver aussi un certain équilibre de vie.

 

Mais cette expérience aura aussi généré des aspects positifs : nous avons une nouvelle façon de vivre, plus détendue, encore plus proche de la nature.

 

Et une satisfaction : avoir osé tenter une nouvelle expérience plutôt radicale.

 

 

 

 

 

 

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article