Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

J’ai lu et je partage : « Tauromaquia » de Patrick Fort.

 

 1611751 569774076449305 641026244 o

 

 

 

Dans cet article, je vous propose de partir à la découverte de « Tauromaquia », le dernier ouvrage paru de Patrick Fort.

 


 

Une histoire de tauromachie ? Pas tout à fait… bien plus que cela.


Tauromaquia a déjà fait les délices de ma lecture alors que cette nouvelle n’existait que sur le blog de Patrick Fort « Lire, Ecrire, En Parler ».

 

Comme je ne m’en cachais pas à l’auteur lors de la mise en ligne de la nouvelle, j’avais eu un temps de réflexion à cause du sujet qui me gênait voire même, pour être franche, me rebutait…


Finalement, je me décidai à en faire la lecture,  même si je restais quelque peu sur la défensive notamment sur la manière dont j’allais accueillir le sujet.


Il faut pourtant savoir dépasser ses réticences !


Et il faut croire que l’adage dit vrai et que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis.


Sans avoir fait l’effort de dépasser mes convictions pour laisser sa chance à une œuvre de fiction, je n’aurai pas pu découvrir la sensibilité qui sous-tend le récit.


Vie, apologie de l’art, décrépitude sénile, mort, oubli… : Tauromaquia embarque le lecteur bien plus loin que le sable ensanglanté de l’arène.


Dans cette lettre imaginaire de l’artiste Francisco de  Goya au torero Pepe Hillo, Patrick Fort exprime ce qui fait la force de la vie de l’artiste dans sa maturité, la nostalgie douloureuse de l’existence qui fuit,  son inestimable valeur enfin.

 


 

Quand une histoire d’artiste prend corps dans un livre d’art.


Tauromaquia, outre le texte, est aussi un bel objet littéraire.


Le lecteur amateur de belle chose sera tout autant ravi du fond que de la forme du livre.


Des croquis de Mylène Fondecave – inspirées du travail de Goya – au choix de la typographie élégante, délicieusement désuète, mimant l’écriture manuscrite en passant par la qualité du papier (Minautore Ivoire 120 grammes),  tout est réuni pour flatter le lecteur sans ostentation outrancière.

 

Comme vous l’aurez compris, je recommande la lecture de cette nouvelle dont la qualité littéraire et la facture luxueuse justifient amplement le prix d’acquisition…

 


 

Tauromaquia, Patrick Fort, Editions Le Solitaire, 36 pages, 14 euros.

 

 

Site Le Solitaire :

http://www.ed-lesolitaire.com/a1-fort.pdf

 

 

Site Patrick Fort :

http://www.patrickfort.fr/

 

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article