Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Le bouddhisme ... suite...

  P1030232bis

 

 

 

Pour compléter les articles précédents sur le bouddhisme ,  je souhaite aborder deux points importants :


-         les Quatre Nobles Vérités


-         le Bodhisattva


 

 

 

Les Quatre Nobles Vérités…

 

Siddharta Gautama – le futur Bouddha – chercha longtemps à comprendre ce qui affligeait les hommes et les rendaient si malheureux.

Il fut confronté tour à tour à la vision de la vieillesse, à celle de la maladie, puis à celle de la mort. Il rencontra ainsi les limites de la vie et aussi la souffrance.

 

Faisant la connaissance d’un ascète, il fut surpris par l’air serein et heureux que celui-ci affichait.

Sa vie était tournée vers la méditation et non pas vers les plaisirs.


Après une nuit de pleine lune passée assis au pied d’un figuier, Siddharta Gautama eut la révélation. Il parvint à l’Eveil, il devint le Bouddha, l’Eveillé.


 

De cette illumination sont issues les Quatre Nobles Vérités…


 

 

La première Noble Vérité est celle de la douleur car tout est souffrance.

Maladie, vieillesse, perte de ce que nous aimons, la douleur est partagée par tous, elle est universelle.

Elle conduit à un état d’agitation et d’inquiétude.

 

 

 

La seconde Noble Vérité est celle de la cause de la douleur : le désir.

L’homme est attaché à lui-même et aux choses matérielles.

Par essence, tout est voué à disparaître, tout est illusion…

L’homme est esclave de ses désirs et il en éprouve de la souffrance.

 

 

 

La troisième Noble Vérité est celle de la cessation de la douleur : la suppression du désir.

Pour ne plus souffrir, il faut éteindre le désir. Ainsi, l’homme se détache de toutes les choses qui le font souffrir. Ne convoitant plus en vain, il accède au bonheur, à l’harmonie. Il accède enfin à l’état du nirvâna.

 

 

 

La quatrième Noble Vérité est celle du chemin, celle qui conduit à la réalisation.

L’homme doit arriver au nirvâna. Il doit suivre une voie qui comporte 8 chemins.

Suivre la Voie, c’est respecter des commandements, avoir une bonne discipline mentale, accéder à la sagesse par l’enseignement, la réflexion et la contemplation.

 

Ces Quatre Nobles Vérités sont les piliers du bouddhisme. Chaque bouddhiste  aspire à les respecter.

 

 

 

 

Le bodhisattva…


 

Le bouddhisme met en avant la notion de compassion.

Celle-ci doit être dirigée vers tous les hommes, qu’ils soient amis ou ennemis.

 

Au fondement du bouddhisme et pendant les 5 premiers siècles de la doctrine, l’idéal de l’homme était d’accéder au nirvâna, seul, par le respect des Quatre Nobles Vérités.

 

Vers le début de notre ère, un nouvel être voit le jour : le bodhisattva.

Il est tellement empli de compensation qu’il en vient à vouloir l’Eveil, la délivrance pour tous les êtres.

Altruiste jusqu’à l’extrême, il renonce à l’Eveil immédiat pour lui-même alors qu’il a déjà accumulé bien assez de mérite pour être délivré.

Il décide donc de s’occuper des autres et il s’engage à leur être utile et aider à leur salut.

Le premier bodhisattva connu est Avalokitésvara  « grand océan de vertus digne de tous les hommages ».


Au-delà du bouddhisme méditant se développe un bouddhisme de la dévotion où est voué un véritable culte au bodhisattva.


Dans le bouddhisme tibétain, le dalaï-lama est considéré comme une réincarnation du bodhisattva Avalokitésvara.

 

 

 

J’espère que ces quelques éléments vous permettront de mieux appréhender graduellement la sagesse du bouddhisme.

 

 

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article