Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Le Potager du Bois, une nouvelle AMAP se développe dans le 94

orchid-e-sauvage2.jpg

 

 

 


 

J’en ai rêvé, ils l’ont fait !

 

« Ils » ont relevé le défi de créer une AMAP pour ma ville – Boissy Saint Léger – et pour la commune voisine de Limeil Brévannes, toutes deux situées dans le Val de Marne (94).


Après une poignée d’années à tenter ma chance dans les AMAP parisiennes  sans trouver chaussure à mon pied, le petit miracle a eu lieu « en bas de chez moi ».

 

« Saint Bio, je vous rends grâce ! »

 



Une Amap ? Kesaco ?


 

Une AMAP est une « Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne », un ovni, une quasi-gageure en région parisienne où les cultures (les plus naturelles possibles) poussent à tous les coins de rue, c’est bien connu… les jardins de l’Elysée ne sont malheureusement pas dans le réseau…dommage…

 

Véritable partenariat entre le producteur et le consommateur, l’AMAP regroupe entre 20 et 100 personnes bien décidées à contracter avec un agriculteur, souvent engagé dans l’agriculture biologique ou en pleine conversion du conventionnel vers la bio.

 

L’originalité du système repose sur une production agricole financée par avance par la souscription du partenaire-client.


L’AMAP discute des modalités tarifaires et de distributions des produits et « vogue la galère ».


Car galère, il faut accepter qu’il y ait… une maladie qui attaque un champ, des aléas climatiques et le panier type pourra s’avérer un peu famélique…

 

L’originalité du Potager du Bois réside dans sa jeunesse (quelques mois)  et dans son pari ambitieux et un peu fou : installer un maraicher (bio de préférence) sur un site propice à la culture.


Un terrain est pressenti sur la commune de Limeil Brévannes mais il reste encore à officialiser les choses, permettre l’implantation du producteur… les légumes ne sont pas pour tout de suite (une année ? deux années d’attente ?) mais le projet revêt un séduisant aspect militant : oui, nous voulons une action locale, restaurer des liens entre les urbains qui se croisent trop souvent en courant et connaître l’homme – ou la femme – qui se penchera sur les cultures et qui nous nourrira.

 

Echange, partage, prendre les choses en main… ce ne sont pas de vains mots mais une possible réalité pour demain.

 

Le Potager propose déjà un contrat mensuel avec un producteur de produit laitier bio. Cette offre s’accompagne aussi d’échanges à développer : rencontre formelle lors des livraisons collectives de produits, visites prévisibles sur l’exploitation laitière, coup de main physique dans la ferme…

 

Ce peut être une belle aventure humaine et sociale, le type de projet qui me porte totalement en ces temps de réflexions personnelles et d’envie de changement de plus en plus marquée…

 

A suivre donc, la nouvelle adhérente que je suis - une « amapienne » comme on dit ! -  ne manquera pas de narrer les tribulations du Potager…

 


Pour en savoir plus sur les AMAP…


Le réseau est né en 2001 en Provence.

300 AMAP émaillent le territoire français dont une soixantaine en région Ile de France.

 

Site national des AMAP.


 

Le site du Potager du Bois.

 

 

 

 

 

 

MAJ du 6 juin 2010.


Depuis l'écriture de cet article, Le Potager du Bois a pris de l'envergure.


Nous bénéficions de produits laitiers bio mais aussi de pains et de farines bio.


Prochainement, cela devrait être le tour de viandes AB, toujours directement du producteur au consommateur amapien et pour 2011, nos légumes!

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article

Thierry Benquey 16/03/2010 09:44


En principe, enfin ici en Allemagne, un terrain doit attendre 3 ans pour pouvoir passer en bio, ce qui fait 4 ans avec la première récolte.
Ce qui n'empeche pas la culture, il ne s'agit pas de trois années de jachère mais d'exploitation sans chimie. En plus il s'agit du label bio, ce qui selon certains puristes n'exclue pas la présence
(norme EU) de certains produits.
Amitié
THierry
Le bio a assuré le passé du monde et il en est l'avenir.


Sandrine Virbel 16/03/2010 13:55


Idem ici, il faut attendre 3 ans pour passer en bio.
On est bien conscient qu'il va falloir être patient et aller au rythme de la terre.
L'Amap table sur une mise en activité en 2011 au mieux...

Wait and see comme disent nos amis d'outre-manche...

Amitié