Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Les Impromptus Littéraires : un étrange équipage.

Cette semaine, les impromptus exigent que ces quelques mots figurent dans nos textes : "un étrange équipage".

Equipage? Je crois que je vais emmener mon lecteur très loin, jusqu'à une époque que j'ai étudié de long en large...

Si vous voulez prendre place,
nous partons.





"Four Horsemen of Apocalypse" (1887)
, par Viktor Vasnetsov, wikimedia commons,
domaine public.





« Oyez, braves gens, la geste d’un pauvre ménestrel,

Oyez, braves gens, le destin funeste de Jehan.

 

Il était un enfançon, Jeannot nous l’appelions,

Epris du vent, de l’aventure, du souffle épique du dragon.

Jehan partit sur le chemin de Saint-Vitus, par son père envoyé.

En cheminant, un étrange équipage, il vint à rencontrer !

Juché sur Némésis, sa famélique ânesse, il se prit à rêver…

Car il avait emboîté le pas de quatre mystérieux cavaliers !

Destriers, écus, étincelantes épées, ils cherchaient un écuyer.

Mais en les croisant, on se terrait, on se signait…

Sur leur chemin, on gémissait, on se frappait…

 

Oyez, braves gens, la geste d’un pauvre ménestrel,

Oyez, braves gens, le destin funeste de Jehan.

 

Le premier cavalier portait arc et couronne, chevauchait un cheval blanc.

Conquérant mais chantre de la perdition, il était loin d’être innocent.

La vue du deuxième cavalier faisait trembler jusqu’aux plus preux.

Il maniait une épée écarlate du haut de son destrier rouge-feu.

Le troisième cavalier usait d’une injuste balance dédiée au désespoir !

Et la famine remplaçait l’opulence là où galopait sa monture noire.

Du quatrième cavalier, j’ai bien grande crainte à médire.

Ainsi que de son cheval pâle dont l’évocation suffit à faire périr.

 

Oyez, braves gens, la geste d’un pauvre ménestrel,

Oyez, braves gens, le destin funeste de Jehan.

 

Jehan, l’espiègle, le brave, le cœur sans peur,

Jehan, le brave, l’espiègle, comprit son erreur :

Il s’était lié à ceux qui sont précédés par une éclipse,

Il s’était lié aux Quatre Cavaliers de l’Apocalypse.

Du pauvre Jehan on ne retrouvera rien, pas un ossement.

L’enfançon Jeannot partira, dit-on, sans même un sacrement…

 

Oyez, braves gens, la geste d’un pauvre ménestrel,

Oyez, braves gens, le destin funeste de Jehan… 

 

Prenez garde, braves gens, prenez garde réellement,

Gentes dames, damoiseaux, ou même enfants,

Les Quatre Cavaliers sont arrivés dans la plaine ! 

Tremblez et repentez-vous, avant la grande peine…»





Pour une ambiance musicale adéquate, je vous propose la "Ductia", air médiéval des plus fameux et si la curiosité vous saisit, écoutez des estampies, ça vaut le détour...



Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article

Frédéric THOMAS 29/11/2009 21:17



Que nous monstres-tu là bel ouvrage !


Bien le merci gente dame. C’étoit là, bien agréable lecture, qui par ma foi, m’emmena un instant, en des temps bien obscures. 






Sandy 01/12/2009 22:17


Chevalier, je suis toute rougissante devant votre hommage... revenez donc me voir à l'occasion, je vous conterai comment quérir le Saint Graal, la Toison d'Or et moult merveilles...


Will 13/11/2009 10:52


Oyez brave Sandy! de ta plume agitée tu nous montre à nous, preux chevaliers numériques, qu'il n'est point de sujet que tu ne saches chevaucher (n'y voit aucune espèce de diablerie).
Bravo pour cette interprétation qui te vaut d'être adoubée par un Sir Will charmé par une ambiance musicale que ne renieraient pas le menestrel que je fus.
A bientôt, gente dame car il est grand temps de combattre le dragon vert (atteint je le crains de la grippe AH1N1). Je te laisse imaginer le brûlant massacre sur les arbres cernant sa tanière.
Vive l'imaginaire.


Sandy 17/11/2009 22:24


Sir Will, vous me voyez charmée par votre hommage! Je vous offre ma force magique pour combattre le vil dragon qui terrorise votre contrée...


Virginie 12/11/2009 20:20


je suis toujours aussi impressionné par ta facilité d'écriture
c'est très intéressant
bises


Sandy 17/11/2009 22:24


merci, j'aime bien testé de nouveau style!
bises!


Thierry Benquey 12/11/2009 10:05


Maestria.
Me manque finalement que le oi en lieu du ai et je m'y serois cru mais pas cuit.
Rire
Amitié
Thierry


Sandy 17/11/2009 22:23


Messire, cela aurait été un comble que vous rissoliez! :o)