Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Marie-Antoinette Mulot, "La Dame aux Plantes".

Il y a longtemps que je souhaitais consacrer un article à Marie-Antoinette Mulot, « La Dame aux Plantes ».


Voilà qui est enfin fait...

 

 

 

 

 

 

 

 

1941.

Ecole de Pharmacie de Montpellier.

 

« Marie-Antoinette Mulot… »

 

La jeune fille de 22 ans sentit son cœur littéralement soulevé par la joie à l’appel de son nom.

 

« … je vous remets ce diplôme, symbole et récompense de vos efforts soutenus… »

 

La pulpe de ses doigts effleura le document épais, joliment ornés de motifs végétaux, son nom calligraphié avec élégance. Elle se souvint de ses trois années d’études passionnantes, ou jour après jour, elle s’était vouée à l’étude des plantes et au délicat art de doser et préparer des remèdes naturels.


Trois années penchée sur des herbiers comme sur des spécimens tout juste récoltés, à observer attentivement la conformation des racines, des feuilles ou encore des sommités florales. Trois années de passion et d’abnégation. Pour elle, pour les autres, pour soulager les tracas humains.

 

Ce que Marie-Antoinette Mulot était loin de savoir, c’est qu’elle tenait entre ses mains le dernier diplôme français officiel d’herboristerie, ce diplôme qui ne serait plus jamais attribué suite à une décision du gouvernement de Vichy, vouant ainsi à une mort certaine une profession tout entière pourtant d’utilité publique.

 

Marie-Antoinette Mulot consacrera sa vie aux plantes, forte de sa connaissance exhaustive des propriétés pharmacologiques de  plus de 800 végétaux connus et reconnus pour soulager efficacement pour peu qu’on prenne le temps de les laisser agir sereinement, quasiment sans effets secondaires majeurs.*

 

« La Dame aux Plantes » tiendra  sa boutique d’herboristerie en région parisienne avant de s’installer en Provence où elle s’éteindra le 8 novembre 1999.

 

Laissant derrière elle plusieurs ouvrages où elle partage « ses secrets » issus de 60 années de pratique, elle ne cessera d’espérer et de militer pour le retour de l’herboristerie officielle.

 

Le travail de Marie-Antoinette Mulot est remarquable. A partir de ses connaissances basées sur l’enseignement en vigueur en 1937, elle a sut les relier aux nouvelles connaissances de la pharmacopée.

Dans les années 40, la pharmacie moderne s’est mise en place rapidement avec l’avènement massif des médicaments de synthèse et d’extraction. De là, est née la puissante industrie pharmaceutique, dont l’activité ira jusqu’à  déposer des brevets sur certaines molécules actives extraites des plantes. Ces brevets interdisent, de par leur nature,  l'usage des simples en médecine traditionnelle par les populations locales de certains pays.

Face aux enjeux notamment financiers de la pharmacie actuelle, l’herboristerie s’est vue refoulée aux confins de la modernité, taxée de vieille pratique arriérée de bonne femme.

 

Et pourtant … cette forme de médecine par les plantes est la plus ancienne médecine humaine, basée sur des connaissances pointues et les échanges culturels entre tous les continents.

 

Faute de possibilité de l’étudier depuis 1941, empêchant de fait le renouvellement des praticiens,  l’herboristerie commençât graduellement à disparaître en même temps que les herboristes disparaissaient à leur tour, gagnés par l’âge. Depuis 1941, seuls les pharmaciens ont légalement le droit de vendre les plantes présentées selon leurs propriétés médicinales mais une tolérance existe pour les personnes travaillant avec les herboristes diplômés.

 


 

Quel est/était le quotidien d’un herboriste professionnel ?


L’ INA a mis en ligne un documentaire en deux parties sur le métier d’herboriste :

 

1ère partie

 

 

2 ème partie

 

 

 

De nos jours, un véritable regain pour l’herboristerie se fait sentir, hélas basé sur la fausse croyance de l’inoffensivité du « tout-naturel », sur la mauvaise connaissance et sur la mauvaise utilisation des plantes depuis la libéralisation de leur vente, ce qui conduit parfois jusqu’à des drames.    

 

Consciente de ces dérives, Marie-Antoinette Mulot aura suivi de 1941 à la fin de ses jours tous les soubresauts de la possibilité annoncée du rétablissement du diplôme officiel, sans avoir eu la chance de voir son combat se clore sur une rentrée en grâce de son cheval de bataille.


Malgré tout, elle aura eu la joie de constater que d’éminents docteurs en pharmacie se pencheront sur la question de l’herboristerie et rejoindront son désir de collaboration entre ces deux pratiques finalement complémentaires au nom de la santé et du bien être de tous.

 

L’herboristerie est considérablement développée en Amérique du Nord, dans d’autres pays de la communauté européenne, dans la Confédération suisse sans parler des médecines traditionnelles qui l’utilise.


Son emploi est donc loin d’être dépassé dans les sociétés modernes.

 

 

J’achèverai cet article-hommage à Marie-Antoinette Mulot sur ses propres mots : « que renaisse l’herboristerie ».

 

 

 

 

Bibliographie

 

9782716312752

 

 

 

L’ouvrage le plus emblématique de Marie-Antoinette Mulot demeure « Secrets d’une herboriste » aux éditions du Dauphin. 315 plantes médicinales pour 115 maladies courantes, ce livre est considéré comme la bible de l’herboristerie, son livre testament par excellence.

Il est agréablement illustré par les reproductions de planches de plantes issues du Codex de 1937, dernier ouvrage de la pharmacopée française.

 

 

 

Citons également ses autres ouvrages :

 


  • Élixirs de santé de votre herboriste, 1985
  • Soignez vos animaux par les plantes, 1986
  • Votre santé par les élixirs : 180 recettes à faire soi-même : crèmes, liqueurs, sirops, ratafias, vins médicinaux, 1986
  • Mes 250 réponses à 250 maladies, ou Les secrets de votre herboriste, 1986
  • Balcons & terrasses de l'herboriste, 1989
  • Plantes oubliées, plantes mystérieuses de l'herboriste, 1993
  • Une herboriste raconte : contes pour dormir, recettes pour guérir, 1997
  • La Santé de vos enfants par les plantes, 1999

 

 

* Rappelons néanmoins que les plantes ne doivent jamais être utilisées à la légère. Riches de substances actives, elles peuvent annuler ou perturber l’effet de la pharmacopée allopathique. Il convient de signaler systématiquement toute prise à son médecin lors de la prescription de médicaments.

 

 

 

 

 

 

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article