Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Rencontre avec l’auteur Yves Grevet

 

9782748506884

 

 

 

 

 


Bien que la lecture et l’écriture se dégustent en solitaire, les occasions de partage autour des écrits sont possibles et hautement enthousiasmants.

 

Rencontres littéraires, activités des médiathèques, cercles de lectures, autant d’endroits s’offrent aux curieux.

Lecteurs et auteurs sont ravis de pénétrer dans le processus créatif d’un écrivain, d’échanger autour de ses méthodes de travail.

 

C’est dans le cadre d’un café littéraire organisé par la dynamique équipe de la Médiathèque de l’Espace Michel Simon de Noisy Le Grand que j’ai eu le plaisir et le grand privilège de suivre et de participer aux  échanges entre le public et l’auteur Yves Grevet, un homme simple à la voix posée, au contact agréable.

 


Je vous propose de parcourir dans les lignes ci-dessous mes notes prises à cette occasion…


 

 

yves-grevet-interview

 

 

 

Qui est Yves Grevet ?



Né en 1961 à Paris, cet instituteur en classe de CM2 est marié et père de trois enfants. Auteur de romans  ado/jeunesse ancrés dans la réalité sociale et historique, il se saisit avec brio des thèmes des liens familiaux, de la solidarité, de la résistance à l'oppression, de l’apprentissage de la liberté et de l’autonomie. Récits de vie, romans d'enquête d’aventure ou de politique-fiction, Yves Grevet s’essaie à tous les genres. Il est édité chez Syros et Nathan.


En 2013, il anime un atelier d’écriture avec une classe du Collège Victor Hugo de Noisy Le Grand.

 

 

 


 Son inspiration, sa méthode, ses écrits.



Sa position de Professeur des écoles  inspire largement ses écrits puisque nombre d’entre eux ont l’école en tant que dénominateur commun.


Mais chez Yves Grevet, il s’agit très souvent d’une école sans questionnement, sans application concrète mais dont l’enseignement est volontairement abstrait et où  les élèves se voient priver de toute velléité de projet personnel.


Aussi, l’auteur s’attache à la défense de l’école publique même si il est parfaitement conscient de ses dysfonctionnements.


Au-delà de la défense de l’enseignement, il s’inquiète d’une possible disparition de l’école publique et surtout de sa mission de délivrer une base commune de connaissances fondamentales à tous.


Ses récits ne sont pas sans rappeler les errements des sociétés totalitaires, ni l’univers industriel anglais du 19ème siècle et son lot d’injustices inhumaines.


Les classes sociales y sont toujours présentes mais terriblement rigides et cloisonnées, comparables à un système de castes. Les normes sont immuables, intouchables. 


Yves Grevet craint une progression négative de la société en général aussi il livre une critique habilement camouflée mais affleurant dans ses différents univers imaginaires.


En partant des thèmes de l’amitié, du détachement d‘avec la famille lié à l’âge adolescent, il appelle le lecteur à la vigilance pour défendre la démocratie et à se poser la question de savoir désobéir dans l’ordre convenu.


Si Yves Grevet affectionne d’écrire à la première personne, il confesse volontiers qu’il peine à procéder autrement.


Ceci a l’avantage de favoriser la prise de conscience du lecteur qui s’approprie plus facilement les questionnements du héros.


Yves Grevet éprouve une réticence à qualifier ses personnages de héros car il les voit avant tout comme des individus restant humains, faillibles, confrontés à une personne ou à un détail qui vont faire basculer leur univers cadenassé.

 

 

 

 

 

 


La trilogie uchronique phare d’Yves Grevet : Méto.



Méto est une trilogie qui a conquis 150 000 lecteurs, a été plébiscitée par la critique, reçue 13 prix littéraires et se voit traduite en plusieurs langues.


Méto, c’est le nom d’un jeune garçon qui se retrouve dans une grande maison coupée du monde avec une soixantaine d’autres enfants. Tous savent que lorsqu’ils dépasseront une certaine taille, ils seront contraints de quitter la maison pour un ailleurs totalement inconnu. La vie quotidienne est réglée par des lois absurdes dignes d’une école pénitentiaire.

 

Méto s’interroge.

Méto refuse…



La trilogie, outre sa force narrative, s’appuie sur un univers intemporel,  difficilement cernable. Nombre d’élément tels les noms utilisés ou la construction de la société de la maison  font référence à l’antiquité romaine.


L’auteur avoue qu’il ne savait pas plus que son héros ce qui allait arriver au fil de l’écriture ce qui est très paradoxal avec la sensation de construction très aboutie de la trilogie. Au final, Yves Grevet a réussi le tour de force de mettre le flou au service de l’histoire pour le plus grand bonheur du lecteur.


S’il ne prévoit pas de plan, l’auteur a néanmoins besoin que certaines scènes soient écrites bien qu’elles ne se retrouveront pas dans les livres. Il éprouve la nécessité  de coucher des détails et des explications sur les personnages ce qui lui permet de conserver la crédibilité, la cohérence et des repères fiables dans l’histoire


Il travaille également sur des plans graphiques de ses univers, son écriture étant très visuelle, cela nécessite une  représentation concrète des détails. Comme tout auteur, il suppose subir les influences inconscientes de films, BD, livres, événements historiques qui le frappent et qui s’agrègent dans son esprit lors de la phase de  l’écriture.


Devant l’énorme succès de Méto, une adaptation cinématographique est envisagée mais Yves Grevet reste sur la défensive tant le milieu est différent de celui de l’édition.  De ses premiers pas dans le monde du cinéma, il garde un sentiment de brutalité, d’étrangeté, de souvenirs très mitigés. Il craint la dénaturation de l’essence même de sa trilogie.


Bien plus proche du monde de l’édition,  il sait pertinemment qu’il s’agit avant tout d’une industrie  qui a pour objectif de vendre des livres. Chez Syros, Yves Grevet ressent  une proximité dont il a besoin.


Lui qui écrit depuis l’âge de 16 ans,  après 6 refus de manuscrits avant de connaître le succès, sa ténacité et son envie d’écrire au-dessus de tout continue à le guider.

 

 

 

 

Des sites :


http://www.syros.fr/

http://www.youtube.com/editionsSyros

http://minisites-charte.fr/sites/yves-grevet/

 

 


Une bibliographie :


Méto, tome 1, La Maison, Éditions Syros, 2008.

Méto, tome 2, L’île, Éditions Syros, 2009.

Méto, tome 3, Le Monde, Éditions Syros, 2010.


Jacquot et le grand-père indigne, Éditions Syros, 2007.


C’était mon oncle! Éditions Syros, 2006.


Comme les cinq doigts du pied, Éditions Nathan, 2005.


Mon premier rôle, Éditions Nathan, 2004


Seuls dans la ville, Éditions Syros 2011


L’école est finie, Éditions Syros 2012

 

 

 

Et 2 tomes qui vont tiendront en haleine :


Nox tome 1 Ici-bas, Éditions Syros 2012

Nox tome 2 Ailleurs, Éditions Syros 2013

 

 

 

 

 


Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article