Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les scribouilles

écriture (notes, roman, nouvelles, textes...) lecture et curiosités en partage

Texte pour ARBUX : "rencontre"

(ARBUX est un site intergénérationnel dédié à la création et réunissant des amateurs boisséens : écritures, graphisme, vidéo...

L'expérience est portée par la Médiathèque de Boissy Saint Léger entre autres partenaires.

L'atelier d'écriture a planché sur Notre Histoire et a proposé de passer à Votre Histoire...

Les consignes sont simples : partir des directives notées en italique ci-dessous et ne pas dépasser une demie page...)

 

 

 

Les apparences sont parfois trompeuses.

En réalité, l’histoire ne s’est pas vraiment déroulée comme cela.

A votre avis, comment s’est elle passée ?

 

D’accord. On rembobine le film de l’histoire et on recommence le déroulé de la narration.

 

« Ce jour-là, elle avait décidé de changer ses plans et de s’accorder un peu de temps libre avant de prendre le bus 132.


Le petit parc de la ville, ponctué en son centre d’une pièce d’eau où s’ébattaient des palmipèdes goguenards, offrait l’espace idéal pour se détendre sans prétention aucune.


C’est dans ce cadre propice à la rêverie qu’elle le vit s’approcher.


Il avait le pas un peu maladroit, tour à tour sautillant ou un peu hésitant, cette gaucherie naturelle en devenait même attendrissante. Mais, ses yeux légèrement globuleux, à la rétine pailletée de clarté n’en étaient pas moins charmants.


Le mince fil de sa bouche s’étirait en un large sourire jeté à la vie lorsqu’il la remarqua.


Il figea ses pas à quelques mètres d’elle, son corps pataud lui interdisait toute velléité de séduction facile et encore plus de roulements de mécanique machiste.


Elle le détailla, indécise, le rouge aux joues.


Il la fixa, interdit. Lui étaient-ils bien destinés, ces regards intéressés, cette demoiselle troublée ?


Dans un élan aussi fou qu’inattendu, elle s’élança vers lui, le soleil jouant dans ses mèches dorées puis, elle se pencha pour se mettre à son niveau. Elle le cueillit délicatement, son petit cœur palpitait au creux de la main délicate.


Elle l’embrassa.


Baiser irréel, atmosphère  vaporeuse à la David Hamilton, symphonie des anges.


Le contact avec la peau humide et un peu visqueuse la ramena à la réalité.


Hélas, mille fois hélas, il n’y avait que dans les contes où les princes charmants se dissimulaient dans la peau d’un crapaud.


D’une détente de ses pattes musculeuses, il sauta dans la pièce d’eau.


Et elle ? Elle devait  maintenant se hâter pour ne pas rater le bus 132… »

 

Alors, croa-yez-moi lorsque je vous dis que l’histoire ne s’est pas vraiment déroulée comme cela.

 

les étangs de La Plage Bleue (94)

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Sandrine Virbel

de l'écriture, de la littérature, de la culture, des connaissances mises en partage... ॐ
Voir le profil de Sandrine Virbel sur le portail Overblog

Commenter cet article